Le Biquet


C’est un homme simple(t) presque trentenaire, son crâne dégarni lui rappelant sans cesse le temps qui passe. Mais ça reste également un éternel gamin qui aura toujours envie de sortir le mot pour rire, même dans les pires moments.

C’est qu’il est joueur, le Biquet. Oui, joueur, car il a grandi avec le jeu-vidéo autour de lui : Amiga 600, Master System, Super NES, Playstation, N64, GameBoy diverses et variées, PC, Gamecube, DS, PC, Wii, PC, PC… Ah et PC aussi. De Brutal Football, Syndicate, Goldeneye à Rocket League et Overwatch en passant par Motocross Madness 2 et Team Fortress Classic, il y a un peu de tout et de n’importe quoi dans l’historique et l’affectif vidéoludique ! Mais cela fera peut-être partie d’articles futurs… Restons-en aux bases de la présentation. La découverte du PC vers 10ans, à l’époque des Celeron, Pentium 3 et Geforce 2 MX, sera un vrai tournant tant au niveau du jeu que du reste : le hardware devient petit à petit une passion, on s’habitue à jouer au clavier/souris, on découvre internet avec ce (très) cher 56k… Le virus est pris, et c’est irréversible ! On pourrait parler du sport, de la musique, des soirées… Mais non. On s’en fout.

 

 

Pourquoi en faire un Blog ?


Des joueurs, il y en a des tas sur le net, que ce soit sur les forums, sur YouTube, sur des blogs, sur Twitch, sur Twitter… Mais qu’est-ce que ça peut bien me foutre qu’un Biquet sauvage apparaisse ? Il a même pas de boobs !

Et bien, depuis deux ans, c’est un joueur un petit peu… Particulier que vous avez ici ! Peut-être à cause de son fort attachement à son pseudo, une de ses mains s’est transformée en sabot… Ou plus certainement à cause d’un accident de la route. Bon, la chance, c’est que celle qui reste en bon état, c’est la droite. Quand on se retrouve dans une chambre d’hôpital, seul, le soir, et que l’on aurait bien envie de se faire une petite partie, on se met à l’évidence : à une main, ça va vraiment être la merde pour jouer. Puis de toute façon, pas de PC portable. Déjà que vu l’état global, faudra oublier le sport, s’il faut rayer les jeux-vidéos il ne restera plus grand chose de marrant à faire en sortant de ce foutu lit qui grince !

Commence alors la réflexion à partir des périphériques gamer trouvables dans toutes les bonnes (et moins bonnes) boutiques spécialisées. Et là, Un Nouvel Espoir © (Star Wars, c’est surcoté) : en détournant l’usage de certains trucs presque useless pour le commun des gamers, il y a moyen de faire quelque chose d’honnête, au moins pour quelques jeux assez calmes ! Et c’est ainsi que j’achète un Logitech G13 qui sera modifié par le frère bidouilleur afin de placer le joystick du bon côté pour la main droite. Mais franchement, c’est pas top. Pour faire bouger Lara, je suis un peu trop maladroit et elle a l’air de fermement s’ennuyer. Du coup, vient l’achat d’une Logitech G600 MMO. Pas de sponsor Logitech, promis. Mais les produits correspondaient aux besoins, et là, c’était enfin le commencement d’une deuxième vie de joueur !

 

 

Parce que le handicap, c’est pas la fin de tout


On entend souvent, dans des discussions, des gens dire « Je préfère crever que de finir handicapé » ; parce que pour eux, il n’y a plus de belle vie possible après ça. Et bien ce blog leur montrera qu’ils se trompent, et qu’ils chialeraient pour pas se faire débrancher si jamais ça leur arrivait, ce mauvais accident.

Oui, j’ai une main (et globalement un bras) inutile(s). Oui, j’ai une jambe qui a passablement souffert. Et alors ? C’est contagieux ? Faut se mettre dans une boîte pour éviter d’autres soucis ? Faut pleurer sur son sort jusqu’à ce qu’un miracle se produise ? (Ahah). Globalement, non. Et si c’est « plus possible » de faire quelque chose d’après « les gens », c’est encore plus motivant. Et quand l’handicapé le fait mieux que les trois quarts des valides, c’est une demi-molle qui pointe le bout de son nez. Car oui, c’est possible. Même dans le jeu-vidéo qui nous intéresse principalement ici !